Service de l'audiovisuel

Image du cinéma belge en Belgique francophone - Etude 2015

Le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel présente l'actualisation de la première étude réalisée en 2009, sur « l’image du cinéma belge francophone », commandée à la société Dedicated Research. 

En résumé :

  • 45% de la population francophone se rend au cinéma au moins une fois par an. Cette proportion est en légère baisse par rapport à 2009: à l’époque, une fréquentation au moins occasionnelle de 49% avait été mesurée. Cette variation est significative. 
  • La proportion de « heavy users » (se rendent au cinéma plus de 8 fois par an) est par contre en augmentation relative par rapport à 2009 : 40% des personnes se rendant au moins occasionnellement au cinéma y vont plus de 8 fois par an (elles étaient 35% en 2009). En nombre absolu, compte tenu de la baisse de fréquentation globale, les « gros consommateurs de cinéma » sont même en légère hausse. 
  • 87% vont habituellement en groupe au cinéma ; cette proportion était de 94% en 2009. Légère augmentation donc des personnes qui consomment habituellement seules le cinéma.
  • La fidélité (au complexe de) cinéma est en hausse : 67% se rendent habituellement dans le même ensemble (60% en 2009) ; les complexes de cinéma fréquentés (en nombre de salles) sont un peu plus petits (40% vont dans des complexes de plus de 10 salles) ; c’était le cas de 49% des consommateurs de cinéma en 2009.
  • 22% des consommateurs de cinéma disposent d’une forme d’abonnement ; c’est le cas de 37% des « heavy users ». 
  • La nationalité d’un film ne constitue toujours pas un critère de choix important d’un film. 
  • Dans les critères de choix ou d’influence, le poids des sites internet est en fulgurante augmentation (20% en 2009 pour 52% en 2015). 
  • Les principaux freins à aller au cinéma sont surtout et de très loin le prix
  • Le cinéma belge francophone reste surtout identifié par ses réalisateurs (78%) et ses acteurs (87%), bien plus que par ses films (68%).
  • La connaissance du cinéma belge francophone a assez peu évolué en 6 ans. 
  • L’évocation du cinéma belge francophone suscite majoritairement des sentiments majoritairement positifs, mais ce sentiment positif est en légère baisse par rapport à 2009.

 

Synthèse de l'Etude 2015 (.pdf)

L'Etude complète est disponible sur demande à audiovisuel(at)cfwb.be 

Lien vers l'Etude 2009