Service de l'audiovisuel

Image du cinéma belge auprès de la population francophone belge

 

Frédéric Delcor, Directeur du Centre du Cinéma, et Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances, ont présenté les résultats de l'étude "Image du cinéma belge auprès de la population francophone belge" effectuée par Dedicated Research pour le compte de la Communauté française.

Alors que notre production cinématographique se porte plutôt bien et remporte de multiples prix dans les Festivals, force est de constater que le public méconnaît nos films.  Il faut dire que le cinéma belge, s’il s’exporte, n’est délibérément recherché que par un quart du public francophone. Il faut dire que la nationalité d’un film ne constitue pas un critère de choix. Le public ne déserte pas un film parce qu’il est belge mais est confronté à une méconnaissance. Confirmation de ceci : il existe une sympathie globale envers le cinéma belge (58% d’opinions favorables, dont 16% d’opinions "très favorables").

Autre élément issue de l’enquête : Le cinéma belge est surtout identifié par ses réalisateurs (54%) et par ses acteurs (41%), beaucoup moins par des films en particulier (15%), quasi jamais par ses documentaires. Par réalisateur, le public pense surtout aux frères Dardenne (59%) suivi de Jaco Van Dormael à 11%. A noter que l’enquête a été effectuée avant la préparation de la sortie dans nos salles. Les résultats ne sont donc pas influencés par la promotion de « Mr Nobody ». Par acteur, le public songe en premier à Benoît Poelvoorde (61%) et Cécile de France (29%). Quant aux films cités par les répondants, "Rosetta" obtient un score de 28% et "C’est arrivé près de chez vous", de 23%.

Des résultats qui poussent au pessimisme ? Pas vraiment. Il apparaît clairement dans l’étude qu'il reste beaucoup de gens qui vont régulièrement au cinéma, qu'une part importante des personnes interrogées disent accorder plus d'importance à l'avis des critiques qu'à l'effet "blockbuster", que les films belges sont peu recherchés en tant que tels, mais guerre moins que les films américains en fait et, a contrario, que les genres les plus prisés ne sont pas d'office ceux dont nos cinéastes seraient absent. Réconcilier le public belge avec ses films n’est donc pas un défi impossible à réaliser.

Afin d’y parvenir, quelques mesures sont envisagées pour améliorer la diffusion, la promotion et donc la notoriété des films. Parmi celles-ci figurent l'engagement d'un expert en marketing au Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel; une réflexion et des aides en amont de la production; des subventions destinées aux exploitants de salles pour y favoriser la présence de nos films; la diffusion de ces films dans des lieux alternatifs: centres culturels...; une politique de communication globale à destination du grand public; le soutien à l'édition de DVD et à la diffusion via la VOD comme sur la plateforme Univerciné ;… Et bien d’autres points encore à découvrir dans le compte rendu de la conférence de presse.

 

Fiche technique

Une étude réalisée par Dedicated Reseach
Date de parution: 2009
Nombre de pages: 61 pages