Service de l'audiovisuel

Activités internationales

 

Le Service général de l’Audiovisuel et des Médias participe activement aux travaux et programmes d’actions des instances internationales, plus particulièrement :

Au sein de l'Union Européenne

 

Le Service général participe aux comités et groupes de travail relatifs au secteur de l’audiovisuel et des télécommunications, notamment lors de la préparation des réglementations et directives, ainsi que de leur suivi.

Il participe au programme européen Creative Europe-MEDIA. En collaboration avec la Commission Européenne, le Service général a installé le bureau d’information et de documentation sur les activités audiovisuelles de Creative Europe et d’autres programmes européens d’aide à l’audiovisuel.

Plus d’infos : Programme Europe Créative (MEDIA)

 


 

 

Au sein du Conseil de l'Europe

 

Le Service général participe aux différents travaux du Comité Directeur sur les Moyens de Communication de Masse, ainsi qu’à ses sous-comités respectifs. Il  est membre actif d’EURIMAGES.

Eurimages est le Fonds européen du Conseil de l’Europe pour le soutien à la coproduction, à la distribution et à l’exploitation de longs métrages et de documentaires européens. Il a été institué en 1988 sur la base d’un Accord partiel du Conseil de l’Europe; il compte aujourd’hui 32 Etats membres. Le Fonds est dirigé par un Comité de Direction au sein duquel chaque état membre désigne un représentant. Exceptionnellement, la Belgique compte deux représentants, un pour la Communauté flamande et un pour la Communauté française, et une voix délibérative au sein du Comité de Direction.

Le but d’Eurimages est de promouvoir le cinéma européen, en stimulant la coproduction et la circulation des oeuvres et en favorisant la coopération entre professionnels. Dans cette optique, trois programmes de soutien ont été développés : la coproduction de longs métrages de fiction et de documentaires de création, la distribution, un réseau de salles de cinéma.

Au cours des dernières années, le Fonds Eurimages a connu plusieurs séries de réformes, afin d’adapter de manière pragmatique ses objectifs et ses règlements à l’évolution du paysage audiovisuel européen. Le Fonds a par exemple fonctionné pendant quatre années en répartissant ses ressources en deux guichets, l’un plus «commercial», l’autre plus «culturel» ; cette optique a été abandonnée fin 2003. Par ailleurs, Eurimages s’est ouvert aux coproductions bipartites, contre tripartites au minimum auparavant, renforçant par-là le caractère effectif de la coopération internationale prévue dans le programme. Enfin, la profondeur d’analyse des dossiers de demande d’aide a été renforcée par la mise en place d’un groupe de travail «coproduction», composé d’un certain nombre d’Etats membres tirés au sort en alternance, et qui prépare le travail décisionnel du Comité de Direction.

 


Au sein de l'UNESCO

 

Le Service général a participé activement à l'élaboration de la Convention UNESCO sur la protection de la diversité culturelle. Cette convention, qui a pour objet de légitimer les politiques culturelles des Etats membres en assurant le respect du pluralisme des médias et de la diversité culturelle, a été signée en automne 2005.

 


Au sein de l'Espace francophone

 

Le Service général participe activement aux travaux menés au sein de l’ Organisation Internationale de la Francophonie. En outre, il soutient différentes instances en Francophonie et les projets qui y sont développés, tels que TV5 et le Fonds Francophone des Inforoutes, …

A l’initiative du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel, s’est constitué, sur le modèle de L’European Film Agencies Directors, un réseau de partenaires francophones dont l’objectif est de mettre en commun les expertises des Directeurs de Centres du cinéma francophone, au regard de problématiques communes et de soutenir des initiatives ayant pour but de faciliter le montage de coproductions francophones.

 


European Film Agencies Directors

 

Depuis 2003, le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel est un membre particulièrement actif du réseau informel de l’EFAD qui regroupe les directeurs des Centres du Cinéma des 27 pays de l’Union européenne, et en assure le secrétariat, conjointement avec le Centre National de la Cinématographie et le UK Film Council.

L’objet de ce réseau informel est de mettre en commun les expériences des Centres du Cinéma européens et d’intervenir au niveau des institutions internationales telles que l’UE ou l’Unesco afin de garantir les conditions nécessaires à une création cinématographique de qualité en Europe.

Actuellement, l’EFAD s’attelle à préparer des propositions à soumettre à la Commission européenne dans le cadre de la révision de la Communication Cinéma dont la validité s’est achevée en décembre 2012 ; elle travaille également à rappeler la raison d’être des aides d’Etat au cinéma pour assurer le respect de la diversité culturelle et à démontrer l’importance des clauses de territorialisation pour la viabilité du secteur audiovisuel européen.

Enfin, elle intervient de manière régulière sur le caractère vital de la contribution des télédiffuseurs dans la production audiovisuelle indépendante et sur la nécessité d’adapter les politiques audiovisuelles à l’évolution vers le numérique.

 


L'Observatoire européen de l'Audiovisuel